Enquête de l'OCDE sur les défis et réponses en matière d’application des lois anti-corruption en Afrique en temps de Covid-19
0%
Attention : l’exécution de JavaScript est désactivée dans votre navigateur ou sur ce site. Vous risquez de ne pas pouvoir répondre à toutes les questions. Veuillez vérifier les paramètres de votre navigateur.

Au nom du Secrétariat de l'OCDE / Division de la lutte contre la corruption :

Monsieur, Madame,

En ces temps difficiles, nous espérons que tout le monde se porte bien.

En tant que participant aux événements passés de l'Initiative conjointe OCDE/BAfD pour l'intégrité des affaires et la lutte contre la corruption en Afrique, l'OCDE souhaite partager avec vous une brève enquête, ci-dessous, afin de recueillir des informations sur les défis et les bonnes pratiques des responsables de l'application des lois anti-corruption pendant la crise de la Covid-19. Si vous êtes en mesure de répondre et de fournir des informations complémentaires, qui selon vous pourraient être intéressantes, nous vous en serions très reconnaissants. Veuillez noter que toutes les questions sont facultatives, nous vous invitons à nous faire part de vos commentaires à ce stade, même s'ils sont limités.

Alors que les gouvernements prennent des mesures d'urgence pour lutter contre la pandémie de la Covid-19 et atténuer le ralentissement économique, vous avez sans doute dû vous adapter à des conditions de travail radicalement différentes et à des risques accrus de fraude et de corruption.

Dans ce contexte, nous sommes très intéressés à recueillir votre avis sur les défis auxquels vous êtes tous confrontés afin de vous aider et de partager rapidement avec vos homologues de la communauté anti-corruption les bonnes pratiques qui ont déjà été développées ou qui sont envisagées dans votre pays.

Nous vous invitons à envoyer vos réponses avant dimanche 8 août 2021.

La Division anticorruption de l'OCDE utilise cette enquête pour recueillir des informations qui comprennent des données personnelles, c'est-à-dire des coordonnées (nom, prénom, titre et adresse électronique) fournies par les participants sur une base volontaire. Ces données seront utilisées pour éclairer nos travaux sur les risques de corruption et les réponses à la crise de la Covid-19.

Aucun nom d'individu ne sera cité dans les travaux de l'OCDE basés sur cette enquête ; seuls les entités/organismes pourraient être mentionnés.

L'OCDE s'engage à protéger les données personnelles qu'elle traite, conformément à ses Règles de protection des données personnelles. En vertu de ces règles, vous avez le droit d'accéder à vos données personnelles et de les rectifier, ainsi que de vous opposer à leur traitement, de demander leur effacement et d'obtenir la portabilité des données dans certaines circonstances. Pour exercer ces droits dans le cadre de l'enquête ou pour toute information ou explication supplémentaire sur l'enquête en général, veuillez contacter Dafne Capisani. Si vous avez d'autres questions ou plaintes relatives au traitement de vos données personnelles, veuillez contacter le délégué à la protection des données. Si vous avez besoin d'une aide supplémentaire pour résoudre des réclamations liées à la protection des données personnelles, vous pouvez contacter le commissaire à la protection des données.

 

Cette enquête est financée par la Société allemande de coopération internationale, Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ).